Le Chitwan National Park est l’une des activités touristiques les plus célèbres au Népal. Situé au sud du pays, ce parc de plus de 932 km² est le plus grand d’Asie. Il est inscrit au patrimoine de l’UNESCO depuis 1984. Cette réserve naturelle où cohabitent bon nombre d’animaux était au XIXème siècle une réserve de chasse. En 1960, le roi Mahendra en fit une réserve royale afin de préserver l’habitat des rhinocéros et des tigres dont le nombre commençait à décliner considérablement. En 1973, la réserve devint un parc national.

La faune du parc

Le Chitwan abrite de nombreuses espèces protégées parmi lesquelles :

Le rhinocéros unicorne indien

Ce rhinocéros est l’une des premières victimes du braconnage. Sa corne est réputée pour avoir des vertus aphrodisiaques et se revend très chère au marché noir. Le pays a une politique très sévère contre le braconnage, ce qui a permit une augmentation considérable du nombre des animaux.
Le rhinocéros unicorne indien est l’emblème du Parc. Il est très probable d’en rencontrer lors de la visite.

nepal_chitwan_rhinoceros

Lors de notre balade à pied, nous avions deux guides pour nous accompagner, et l’un avait un bâton à la main, prêt à faire diversion au cas où un rhinocéros nous chargerait. Pour information, les rhinocéros ont une très mauvaise vue mais un très bon odorat. Il peuvent donc charger s’ils se sentent en danger. La meilleure tactique pour éviter d’être blesser est de rester en groupe et de monter à l’arbre le plus proche, ou à défaut de se cacher derrière un gros arbre.

L’éléphant d’Asie

Nepal Chitwan National Park ElephantC’est le deuxième mammifère terrestre le plus gros au monde après son cousin africain. Il faut être chanceux pour en rencontrer à l’état sauvage dans le parc. Vous pouvez cependant en voir des domestiqués. Visiter le parc à dos d’éléphant est la méthode la plus courante (voir descriptif ci dessous). Ce sont généralement des femelles car elles sont plus dociles que les mâles.

Aujourd’hui, il est interdit au Népal de domestiquer des éléphants sauvages. Cependant, en période de reproduction, des mâles sauvages viennent s’accoupler avec des femelles domestiquée, l’éléphanteau est donc ensuite la propriété du maître de l’éléphante. Nous avons pu voir un éléphanteau et le spectacle m’a glacé le sang. La pauvre bête avait ses deux pattes avant attachées l’une à l’autre, il avait du mal à se déplacer et il était entouré de touristes qui s’amusaient. J’en profite pour rappeler que les éléphants sont des animaux sauvages très intelligents qui ne peuvent être dressés autrement que par la violence.
Nepal Chitwan National Park Elephanteau

Le glavial

Nepal Chitwan National Park Glavial

C’est une espèce menacée de crocodiles qui n’existe que dans le sous-continent indien. Le glavial possède un museau allongé pour pouvoir pêcher et n’est pas dangereux pour l’homme. Il se nourrit exclusivement de poissons. Les glavials sont souvent braconnés pour leur peau.

Nepal Chitwan National Park Glavial

Le tigre du Bengale

Nous avons eu la chance de ne pas en rencontrer lors de notre balade à pied dans le parc. Vu qu’il s’agit du plus grand prédateur de ce parc et que, au vu de son intelligence et de ses sens, il est plus probable qu’il nous repère avant que nous le voyons. Je ne serai surement pas là pour en parler sur mon blog si j’en avais rencontré un. Ils sortent très rarement la journée et peu de visiteurs ont la chance d’en voir.

Tigre du Bengale

Tigre du Bengale – source : Wikipedia

L’ours Lippu

Tout comme le tigre, nous n’avons pas rencontré d’ours. Ils ne sortent que la nuit et peuvent être très agressifs.

Ours Lippu - source : Wikipedia

Ours Lippu – source : Wikipedia

Vous pouvez également rencontrer d’autres animaux tels que des oiseaux, des daims, des sangliers, etc.

Je vous conseille de ne pas oublier vos jumelles et votre téléobjectif 🙂

nepal_chitwan_national_park_cerf

Nepal Chitwan National Park Pélican

Comment visiter le parc ?

Il existe plusieurs façon de visiter le parc :

A pied

Vu la dangerosité des animaux qui y vivent, la visite se fait avec deux guides afin de contrer toute attaque (la charge d’un rhinocéros est la plus probable, en cas de rencontre avec un tigre, les guides ne pourront plus grand chose). J’ai testé cette approche en janvier dernier, nous avons fait une petite randonnée dans le parc et nous sommes approchés de quelques rhinocéros et avons vu quelques oiseaux.
C’est une promenade agréable mais potentiellement dangereuse voire mortelle si vous tombez nez à nez avec un tigre ou un ours. Le problème est également qu’à pied, vous ne pouvez pas parcourir d’aussi grande distance qu’en jeep par exemple.

En canoë

Vous pouvez naviguer le long de la rivière. Ce mode de transport est parfait pour voir des crocodiles et des oiseaux. C’est toujours un peu bizarre de se dire qu’on est dans un petit canoë qui semble si fragile et qu’il y a des crocodiles mangeurs d’hommes qui se baignent là-dessous. Les seuls qu’on a vu se reposaient sur les berges de la rivière.

A dos d’éléphant

Je ne referais pas mon petit laïus sur la condition des éléphants en captivité (mais je n’en pense pas moins). A priori, cette façon de visiter le parc est la plus agréable (pour vous, hein, pas pour l’éléphant). L’odeur de l’éléphant masque la votre et du coup vous pouvez approcher de très près des animaux.

Nepal Chitwan National Park Elephants

En Jeep

Au mois de janvier, les herbes sont trop hautes pour avoir une chance de voir quoi que ce soit. Les jeeps doivent suivre un chemin tracé. Je n’ai pas testé ce mode mais il est a priori très plaisant pendant la haute saison. Cependant, le bruit du moteur effraie les animaux, il peut donc être difficile de les apercevoir.

Comment s’y rendre et combien ça coûte ?

Le plus simple est de partir de Katmandou ou de Pokhara. De nombreux bus peuvent vous y amener avec un confort variable. Les prix oscillent entre $7 et $20. Pour avoir testé les deux conforts possibles, à part un wifi qui ne fonctionne pas, la différence entre « grand luxe » et « normal » n’est pas très importante. Il faut compter 5h à partir de Katmandou et 6h à partir de Pokhara.

Dans ces deux villes, vous pourrez trouver des circuits tout frais payés : hôtel, pension complète, activités. Nous avons opté pour ce mode pour $140 par personne. Au final, j’ai un peu regretté mon choix car vu qu’on y était en basse saison, il aurait été plus avantageux de négocier sur place pour les hôtels et les activités. Les hôtels étaient quasiment vides et il y avait très peu de touristes malgré le beau temps.